mai 24, 2016

Frances Arnold, Professeur d’ingénierie chimique et de biochimie, est lauréate du prix Millennium de Technologie 2016 pour avoir révolutionné l’évolution dirigée

Technology_Academy_Finland_logoTechnology Academy Finland (TAF) a en ce jour déclaré la chercheuse américaine Frances Arnold vainqueur du prix Millennium de technologie 2016, prix prestigieux décerné aux innovations améliorant la qualité de la vie humaine. Ce prix biannuel, doté d’un million d’euros, a été distribué cette année pour la septième fois depuis sa première édition en 2004.

Frances Arnold, chercheuse en ingénierie chimique, a reçu le Prix Millennium de Technologie 2016 pour ses découvertes ayant lancé le domaine de l’évolution dirigée, domaine qui exploite les mécanismes de l’évolution pour créer de nouvelles et de meilleures protéines en laboratoire. Cette technologie s’appuie sur la puissance de la biologie et de l’évolution pour résoudre des problèmes importants, remplaçant souvent des technologies moins efficaces et parfois nocives. Grâce à l’évolution dirigée, de nombreuses branches industrielles ont accès au développement durable et aux technologies propres, puisqu’elles n’ont plus besoin de recourir à des matières premières non renouvelables.

Le prix Millennium de technologie compte parmi les plus grands prix de science et technologie dans le monde. Frances Arnold est la première femme à gagner le prix, ce qui souligne son rôle comme modèle pour les femmes travaillant dans la technologie. La lauréate, qui emboîte le pas aux vainqueurs précédents, dont le créateur du World Wide Web Sir Tim Berners-Lee, l’inventeur des premières LED en bleu et blanc Shuji Nakamura et le pionnier des cellules souches éthiques, le Docteur Shinya Yamanaka, a été honorée lors d’une cérémonie organisée à Helsinki, Finlande.

S’engager dans la voie de la nature

L’évolution dirigée permet de créer des protéines dotées de propriétés utiles qui ne se développeraient pas sans intervention humaine. La méthode mise au point par Frances Arnold génère des mutations aléatoires de l’ADN – exactement ce qui se produit dans la nature. Les gènes modifiés produisent des protéines avec de nouvelles propriétés, parmi lesquelles les chercheurs pourront choisir celles qui sont utiles et répéter le processus jusqu’à ce que le niveau de performance requis pour l’industrie ait été atteint.

« L’évolution dirigée nous permet de contourner notre incapacité à expliquer la façon dont les mutations affectent le comportement des protéines, sans parler de prédire celles qui sont bénéfiques. Les objets les plus beaux, complexes et fonctionnels qui existent sur la planète sont le fruit de l’évolution. Désormais, nous pouvons exploiter les mécanismes de l’évolution pour produire des choses que l’homme ne sait concevoir. L’évolution est la méthode d’ingénierie la plus puissante qui soit, et nous avons intérêt à en tirer parti pour trouver aux problèmes de nouvelles solutions biologiques », dit Frances Arnold.

Les innovations de Frances Arnold ont révolutionné le processus, lent et onéreux, de modification des protéines, et ses méthodes sont actuellement utilisées dans des centaines de laboratoires et entreprises de par le monde. Les protéines modifiées sont utilisées pour remplacer des processus qui sont onéreuses ou qui utilisent des matières premières fossiles dans la production des combustibles, des produits papier, des produits pharmaceutiques, des textiles et des produits chimiques agricoles.

Chimie verte et médicaments révolutionnaires

Frances Arnold a développé sa technologie dans le but de concevoir des enzymes – protéines dont la fonction dans la nature est d’accélérer ou de catalyser la conversion de composés chimiques.

« L’évolution dirigée peut être utilisée dans les industries mettant en œuvre la biotechnologie, les réactions biochimiques étant basées sur les enzymes », dit le Professeur Jarl-Thure Eriksson, président du Comité de sélection international.

Cette nouvelle technologie gagne du terrain dans les domaines de la chimie verte et de l’énergie renouvelable. L’évolution dirigée est utilisée pour améliorer les enzymes qui transforment la cellulose ou les autres sucres végétaux en biocombustibles et produits chimiques. Faciliter une industrie chimique verte basée sur les matières premières renouvelables et la biotechnologie a en effet été l’un des objectifs principaux de Frances Arnold.

« Pendant toute ma carrière, je me suis inquiétée des dégâts que nous infligeons les uns aux autres et à notre planète. La science et la technologie peuvent jouer un rôle majeur dans la lutte contre les impacts négatifs causés par nous sur notre environnement. Cependant, changer les comportements est encore plus important ; je pense que c’est plus facile quand il existe de bonnes solutions économiquement viables pour remplacer les habitudes nuisibles », dit-elle.

« Récompenser l’innovation de Frances Arnold est très opportun comme de nombreux pays, dont la Finlande, axent actuellement leurs efforts sur les technologies propres et la croissance verte », dit le Professeur Marja Makarow, présidente de TAF.

L’innovation de Frances Arnold a aussi été mise en œuvre à une large échelle pour créer des catalyseurs enzymatiques pour la fabrication de produits pharmaceutiques. La méthode a déjà permis d’aboutir à des processus plus efficaces pour fabriquer de nombreuses médicaments, dont un traitement pour le diabète de type 2.

Un bel exemple pour les femmes

Frances Arnold est professeur d’ingénierie chimique, de bioingénierie et de biochimie à Caltech (Institut de Technologie de Californie). Depuis le début de sa carrière, elle fait figure de pionnier dans un domaine traditionnellement à dominante masculine. Elle a été, par exemple, la première femme à être élue aux trois académies nationales des États-Unis.

« J’espère que les jeunes femmes peuvent se voir à ma place un jour. J’espère que le fait de m’avoir accordé cette distinction mettra en exergue ce que les femmes peuvent faire, qu’elles sont parfaitement capables de contribuer au monde et être récompensées pour cela », dit Frances Arnold.

 

Le Prix Millennium de Technologie est un prix finlandais décerné aux pionniers en technologies promouvant le développement durable et améliorant la qualité de la vie. Décerné tous les deux ans par la fondation indépendante Technology Academy Finland (TAF), le prix compte parmi les plus grands prix de science et technologie dans le monde. L’innovation gagnante est choisie par le conseil d’administration de TAF sur la recommandation du Comité de sélection international.

 

Demandes de renseignements:

Juha Ylä-Jääski, directeur général, Technology Academy Finland

juha.yla-jaaski@taf.fi, +358 40 903 0606

 

Demandes de renseignements des médias:

Laura Manas, responsable des communications, Technology Academy Finland

laura.manas@taf.fi, +358 500 989 286